Vers une fonction publique modernisée

Imprimer

Vendredi dernier, au Grand Conseil, une motion du PLR (https://ge.ch/grandconseil/data/texte/M02403.pdf), dont j’ai été le premier signataire, a été acceptée à une très large majorité gauche/droite. Ce texte, fruit d’une importante réflexion initiée au sein du PLR (avec notamment Cyril Aellen, Patrick Saudan, Pierre Kunz et Julien Marquis), partait du constat qu’il était urgent de rénover la fonction publique en lui insufflant une nouvelle culture de la confiance et de la responsabilité.

Bien souvent domine, au sein de l’Etat, la peur du risque, de l’erreur et des contrôles avec son corollaire direct : les innombrables directives qui corsètent de façon trop contraignante le travail des fonctionnaires. L’inflation législative, des décennies écoulées, s’est accompagnée d’un accroissement préoccupant de la quantité et de la complexité des directives qui génèrent une déresponsabilisation des collaborateurs entrainant une forte démotivation de ceux qui s’engagent pour le service public. Ce n’est pourtant pas une fatalité ! Des entreprises publiques, comme les Services industriels de Genève, ont fait évoluer, avec succès, leur politique des ressources humaines vers une plus grande responsabilisation des employés à tous les niveaux de l’organisation.

Fort de ce constat, la motion demande au Conseil d’Etat l’élaboration d’une véritable politique de gestion des ressources humaines pour la fonction publique, basée sur la confiance, la responsabilité assortie de l’introduction d’objectifs associés à des résultats. La motion demande la réduction du poids des tâches administratives dans le temps de travail des fonctionnaires et ce à tous les niveaux, par la suppression des rapports, formulaires et autres procès-verbaux à vocation strictement internes, sans impact sur les prestations à la population.

Les auditions, réalisées dans le cadre de l’examen de ce texte, ont révélé l’intérêt de la fonction publique en faveur d’une évolution de leur méthode de travail ainsi que d’un besoin de modernisation allant dans le sens proposé par cette motion. En parallèle, la Conseillère d’Etat Nathalie Fontanet, en charge du département des finances et des ressources humaines de l’Etat, partageant les constats de la motion, a fait adopter par le Conseil d’Etat, le 9 septembre 2020, une stratégie en matière de ressources humaines intitulée « transformer la politique des ressources humaines de l’Etat de Genève » qui énonce cinq principes : l’autonomie, la confiance, la collaboration, la responsabilisation et les résultats. L’acceptation de la motion PLR apporte dès lors clairement un appui politique à la volonté de la Conseillère d’Etat.

Changer en profondeur ces méthodes de travail sera long. Ce processus implique un changement fondamental de culture et d’habitudes au sein de la fonction publique. Cette évolution sera gagnant-gagnant puisqu’elle offrira une meilleure qualité de vie au travail aux fonctionnaires doublé d’un meilleur service à la population pour tous les Genevois.

Commentaires

  • Ah Monsieur de Senarclens, la question des nationaux français et des non-résidents du canton de Genève aux postes de direction et d'encadrement de l'administration ...

  • Si l'intention est louable elle m'apparaît comme un emplâtre sur une jambe de bois. Et le remède, à l'instar d'un hypothétique vaccin balancé à la hâte sans les protocoles minimaux de vérification des effets secondaires, une action désespérée pour sauver un moribond.
    Car la politique a toujours un temps de retard. Elle fonctionne dans la réaction. Et comme le monde change à une vitesse fulgurante, la réponse politique est non seulement inadéquate mais en total décalage avec la réalité du moment.

  • Félicitations Alexandre ! Cette motion est un levier pour construire une fonction publique motivante, humaniste et efficiente. A SIG, nous avançons très positivement, mais le travail reste important. L’évolution doit être progressive et les collaboratrices et collaborateurs doivent être fortement associé-e-s dans ces réformes.

  • Bravo pour cette motion ! Il fut un temps, que j’ai connu où au niveau de l’enseignement primaire il n’y avait que deux niveaux hiérarchiques, très peu d’administratif ! Il y avait des différences mais globalement un grand investissement ! Avec Nathalie et peut-être Cyril j’ai grand espoir ! Merci

  • Cette motion me paraît tout à fait convenable et même souhaitable pour l’ensemble de la fonction publique. Est-ce aussi réalisable pour le privé ?

  • La première chose à faire est d'instaurer le salaire au mérite. Le problème est que beaucoup de fonctionnaires devront rendre du pognon !!

  • "La première chose à faire est d'instaurer le salaire au mérite" (Oleg Ronibar)


    Le "mérite" ? ... ... hmmmmm ... ... voyons voyons, ... comment faire pour ne pas confondre ... mérite ... et ... zèle, ... hmmmmm ?

Les commentaires sont fermés.