30/11/2017

Multinationales : levons enfin le voile de l’incertitude

shutterstock_251551633-min.jpgDans le cadre ma campagne pour le Conseil d’Etat, j’ai l’immense privilège d’échanger quotidiennement avec les habitants et les entreprises de notre canton. Chacune de ces discussions, indépendamment du contexte et de l’interlocuteur, apporte son lot de découvertes et d’éclaircissements. Toutes sont révélatrices de la force et de la singularité de notre canton, mais aussi des difficultés et des défis que nous devons affronter. Toutes renforcent mon envie d’agir et de me battre pour Genève. 


Si mon engagement pour la réforme de l’imposition des entreprises n’est pas nouveau, une rencontre récente avec des représentants d’une multinationale de la région m’a permis de mesurer les implications concrètes de cet enjeu à leur niveau. Loin d’être anecdotique, la situation de cette entreprise traduit la réalité de dizaines d’autres à Genève et mérite par conséquent d’être relatée. 

Présente dans le monde entier et pilotée depuis un autre continent, l’entreprise en question s’est installée dans notre canton il y a de nombreuses années et y a vigoureusement développé ses activités. En 2010, ses dirigeants locaux informent leur siège que la Suisse et Genève ont entrepris de modifier leur fiscalité. Compte tenu du rôle clé de la filiale genevoise pour l’ensemble du groupe, le siège s’enquiert alors régulièrement de l’issue de cette réforme. Les mois défilent sans que personne ne puisse les renseigner. Presque huit ans plus tard, la réponse est toujours la même : « Nous ne savons pas ». Dans l’intervalle, le monde ne s’est pas arrêté de tourner. Comme toutes les autres, cette entreprise multinationale a dû prendre des décisions stratégiques et opérationnelles importantes, de celles qui méritent d’avoir en main tous les éléments pour pouvoir se déterminer. Longtemps privilégiée pour accueillir de nouveaux investissements, l’antenne genevoise du groupe est aujourd’hui devenue synonyme d’insécurité juridique. Comment s’étonner dès lors qu’elle soit écartée au profit d’autres régions du monde dont les conditions cadre ne sont pas nécessairement plus avantageuses mais simplement claires et prévisibles ? 

Les entreprises multinationales représentent plus de 60’000 emplois directs, indirects et induits à Genève. Elles collaborent activement avec les PME locales et participent ainsi à leur développement. Face à l’incertitude qui pèse sur ces locomotives de notre économie, nous devons agir au plus vite. Le projet fiscal 17 représente l’occasion de rétablir le lien de confiance ainsi que la visibilité qui s’impose. Alors que le canton de Vaud avance à grands pas, il est essentiel que l’ensemble de la classe politique genevoise prenne ses responsabilités, en particulier celles et ceux qui visent un siège au Conseil d’Etat. La contribution décisive des multinationales à la prospérité de notre canton mérite un engagement sans équivoque. Il en va du maintien et de la création d’emplois, de recettes fiscales considérables et de l’attractivité de Genève au sens large. Les multinationales sont profondément attachées à notre canton et ne demandent qu’à pouvoir y renforcer leur présence, redonnons-en leur l’envie et les moyens avant qu’il ne soit trop tard. 

10:23 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Si les questions de fiscalités sont évidemment déterminantes pour toute société qui choisit dans notre pays un canton et une commune, je doute que La Suisse prenne le risque de voir se délocaliser ces grandes entreprises qui profitent d'autres avantages.
En revanche, l'opacité qui règne au sein des sociétés transnationales actives dans le négoce des matières premières, très présentes à Genève, risque bien de nous péter à la figure comme les précédentes crises des fonds en déshérence et du secret bancaire.
La frilosité du CF dans son rapport est révélatrice du malaise et des jongleries, voire les contorsions, de certains élus qui, comme vous ici, tentent de ménager la chèvre et le chou.

Écrit par : Pierre Jenni | 01/12/2017

Les commentaires sont fermés.