28/09/2017

Compensation des pertes des TPG : qui payera au final ?

broken-piggy-bank-1472485404YoO.jpgAdopté la semaine passée au Grand Conseil par la majorité gauche-MCG, un projet de loi demande que l’Etat compense automatiquement toute perte subie par les TPG. Dans un contexte de budget largement déficitaire, cette mesure traduit l’irresponsabilité d’une partie de la classe politique dont la vision à court terme met en péril les finances de notre Canton. 


Alors que le Conseil d’Etat a présenté au début du mois un projet de budget déficitaire de plus de 260 millions de francs pour l’année 2018, l’heure devrait être à la mise en place de réformes ambitieuses permettant d’assainir durablement nos finances en réduisant nos charges. Or, c’est précisément la voie opposée qu’a choisi d’emprunter la gauche élargie, suivie par le MCG et les députés Medeiros et Stauffer. Suite au refus par le peuple d’une augmentation des tarifs des TPG, ceux-ci se sont prononcés en faveur d’une subvention automatique de la part de l’Etat pour combler toute perte financière subie par la régie publique. Une décision tout simplement désastreuse, pour trois raisons au moins. 

Tout d’abord, ce principe de compensation systématique revient à ôter toute responsabilité à la direction et au conseil d’administration des TPG. Imaginez seulement l’effet d’un renflouement immédiat de chacune de vos dépenses sur la gestion financière de votre entreprise ou de votre ménage. La rigueur serait-elle de mise ? Evidemment NON ! 

En second lieu, ce projet de loi creusera le déficit de l’Etat à hauteur d’environ 30 millions pour l’année 2018. Si le maintien des prestations des TPG est souhaitable, la situation doit néanmoins être évaluée sur la base des sacrifices à consentir. Ce trou supplémentaire dans les caisses de l’Etat n’a, à terme, que trois issues possibles : une augmentation de l’impôt (inacceptable !), une diminution des prestations dans d’autres secteurs ou une augmentation de la dette (très dangereuse !). 

Enfin, l’attitude de la majorité des élus au Grand Conseil sur ce dossier démontre un déni pour le moins préoccupant s’agissant de la situation financière de notre Canton. Reconnaissant à demi-mot que l’Etat doit faire des économies mais « n’a qu’à les trouver ailleurs », certains responsables politiques ne semblent pas prendre la mesure de l’urgence. Notre prospérité n’est pas acquise, des décisions courageuses s’imposent pour que les générations futures puissent elles aussi en bénéficier. Un sentiment de responsabilité plus que jamais nécessaire mais qui peine visiblement à s’affirmer auprès de nombreux parlementaires… 

Résolus à ne laisser planer aucun doute à ce sujet, les députés PS ouvrent dans le même temps grand la porte à de nouvelles hausses d’impôts en proposant de supprimer le bouclier fiscal. Cette fuite en avant aura pour effet de faire partir du canton les plus importants contribuables qui financent, rappelons-le, l’essentiel des prestations publiques. 

18:07 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Que les conducteurs des tpg commencent par conduire correctement, ils se prennent pour des conducteurs de rallys et mettent de ce fait nos vies en danger!

Écrit par : dominique degoumois | 28/09/2017

Entièrement d'accord avec vous, les tpg doivent faire des économies !!!!

plusieurs incohérences sont flagrantes:

1. Mise en place d'un Wi-Fi dans les bus alors que la plupart d'entre nous possédons des abonnements avec réseaux net dans le cadre de nos abonnements.

2.Il avait été précisé que les lignes transfontalières rapides ne seraient maintenues qu'en cas de oui à l'augmentation elles sont par contre maintenues mais on coupe dans les lignes périurbaines genevoises ( champagne ) ainsi que sur carouge
par exemple la desserte de Bernex direction Vailly ou deux bus se suivent ( l + 47 ) et après des fois 20 minutes a attendre

On peut se poser la question si tous les fonds destinés aux projets d'infrastructure versés a nos chers voisins sont vraiment utilisés dans ce but quand on voit le peut d'investissement qu'ils font dans les transports publics et l'encombrement de nos routes de villages proches de la frontière.

des pistes d'économies aux tpg

Supprimer des arrêts sur nombre de parcours ou les écarts sont bien souvent inférieurs à 500 mètres par exemple sur la ligne 12 augmenterait la vitesse commerciale et diminuerait le nombre de tram en circulation

Arrêter les développement wifi et autre gouffre a dépenses

Faire durer un peu plus les véhicules pourquoi pas ils sont souvent mis au rebut alors qu'en parfait état et vendu pour des clopinettes.

Diminuer la hiérarchie il y a beaucoup trop de petit chefs dans ces boites subventionnées!!!!

Ne faut il pas réfléchir a un tarif différencié des abonnements entre résidents qui paient les impôts à Genève et tout reste à Genève et les non résidents qui quand viennent de vaud bénéficie de tout mais ne payent rien et quand vienne de France la quasi totalité est reversées aux collectivités et n'investissent pratiquement rien pour les transports publics

En cas de péage péri-urbain la totalité des recette devrait aller au financement des transports publics et surtout prévoir un nombre de passage gratuits pour les habitants du canton !!!

Écrit par : bruno | 29/09/2017

Combien gagne exactement le directeur des tpg?

Écrit par : dominique degoumois | 29/09/2017

Les commentaires sont fermés.