14/09/2017

Une fondation pour stimuler l’innovation à Genève

Délégation suisse Tel Aviv.jpgDe retour d’une semaine passionnante au cœur de l’innovation « made in Israël », force est de constater que la vitalité des nations dans ce domaine n’est pas uniquement l’affaire des entrepreneurs mais résulte avant tout d'une volonté politique sans faille. Le succès du modèle israélien offre de précieux enseignements quant aux conditions nécessaires au cercle vertueux de l’innovation. La Suisse et Genève en particulier ne devraient pas hésiter à s’en inspirer pour tirer parti d’un potentiel aujourd’hui sous-exploité. Si nous disposons d’ores et déjà d’atouts décisifs pour réussir ce pari – à l’image de notre compétitivité internationale et de la renommée de nos hautes écoles et universités – d’autres ingrédients se font cruellement attendre. C’est notamment le cas du soutien public à l’innovation par le biais d’une fondation dédiée, un projet de loi passé à la trappe avec la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) et qu’il faut impérativement voir aboutir dans le cadre du projet fiscal 17.  


Conviée par la Fondation Nomads à l’occasion du festival DLD de l’innovation à Tel-Aviv, une délégation suisse de 80 personnes a pu prendre le pouls de ce pôle mondial de la haute technologie. Entre visites, rencontres et participation active au festival, notre groupe a vécu dans l’effervescence qui caractérise l’écosystème local. Une occasion rêvée de comprendre les fondements de cette dynamique et de dresser des parallèles encourageants entre nos deux pays. Les similarités sont en effet nombreuses, à commencer par des populations de taille semblable et des économies largement tournées vers l’extérieur. La présence d’entreprises multinationales, le positionnement de pointe des institutions académiques et le foisonnement de talents sont d’autres points communs, décrits à juste titre comme catalyseurs d’innovation. En revanche, l’accès aux investissements, la culture entrepreneuriale et les incitations gouvernementales qui participent au succès d’Israël peinent à s’affirmer dans nos contrées.

Une réponse adaptée aux besoins de financement de projets innovants s’était pourtant dessinée sous la forme d’un projet de loi (PL 12015) datant de novembre 2016. Cette initiative visant à soutenir l’innovation par le biais d’une fondation faisait partie d’un ensemble de mesures concernant la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III). En suspens depuis l’échec de la RIE III, cet outil indispensable doit être réétudié tel quel dans le cadre du projet fiscal 17. La création d’une fondation dédiée permettra de soutenir par des aides financières tout projet innovant, prioritairement dans les domaines des technologies vertes et des technologies de l’information. Un engagement déterminé de l’Etat contribuera à résoudre en partie la question de l’insuffisance de fonds nécessaires pour répondre à la dynamique d’innovation existante dans les hautes écoles de notre canton ainsi que dans nos entreprises. Pour qu’un jour prochain, Genève fasse elle aussi figure d’exemple et puisse inspirer d’autres villes à travers le monde.

15:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.